Rencontres gouvernement/syndicats : pour le 1er septembre prochain

L’Unité d’action syndicale (UAS) du Burkina a organisé, une conférence de presse, le jeudi 6 août 2015, à 0uagadougou. Face aux journalistes, le président du mois des  centrales syndicales a fait le point de leur rencontre avec le Premier ministre. 

UAS conf press 6 out

© : lefaso.net

Le mardi 4 août dernier, l’Unité d’action syndicale (UAS) a rencontré, le Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, pour l’interpeller une fois de plus sur leurs revendications. Deux jours après, ces échanges, le mouvement syndical a fait le point de la rencontre à la presse, le jeudi 6 août 2015, à Ouagadougou.

«  Au Premier ministre, nous avons dit que la rencontre visait à l’interpeller sur le fait qu’à deux mois de la fin de la Transition, les préoccupations des travailleurs sont  restées en l’état »,   a confié le président du mois des centrales syndicales, Yamba Georges Koanda, sauf les deux faibles baisses du prix des hydrocarbures  de 50F CFA.

Ces dernières se résument à la relecture  des  lois  013,  027 et  028  portant respectivement  régime juridique applicable aux emplois et aux agents de la fonction publique, aux  collectivités territoriales et au  code  du travail au Burkina Faso. Parmi les revendications, figurent  les atteintes à la liberté syndicale, l’application des décisions de justice et la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement. « La Transition n’a pas pour unique mission d’organiser les élections. Elle doit aussi traiter les préoccupations des populations en général et des travailleurs en particulier», a rappelé  le président du mois, au Premier ministre.

« Le Premier ministre a reconnu que le gouvernement lui aussi fait l’amer constat que ses actions n’ont pas été  à la hauteur des attentes des travailleurs », a dit M. Koanda. Toutefois, il les a rassurés qu’un certain nombre de dossiers dont la loi 013  ont été examinés par le gouvernement et que très prochainement, ils seront situés. Au sujet du rendez-vous manqué de  la rencontre gouvernement/syndicats,  le 26 juin dernier, le président du mois des centrales syndicales, Yamba Georges Koanda a indiqué que la rencontre n’a pas eu lieu pour un problème de calendrier et aussi à la crise qu’a connue le gouvernement selon le Premier ministre.

« Le 10 août 2015, transmission des réponses du gouvernement à l’UAS, le 17 au plus tard, l’UAS doit retourner ses réactions sur les réponses au gouvernement. Le 21 août est prévu la rencontre des différents secrétaires généraux des ministères pour le  traitement des réactions de l’UAS. Le 26 août, rencontre des différents ministres sur les propositions. Le 1er septembre 2015, début de la rencontre gouvernement/syndicats qui prendra fin  au plus tard le 10 septembre prochain»,  a  précisé M. Koanda. Cependant, les syndicats  ont prévenu  le chef du gouvernement : « Nous tenons, à ce que cette rencontre prévue à l’entrée des élections ne soit pas reportée. Car, les travailleurs ont été très patients ». Ainsi,  Yamba Gorges et ses camarades ont dit fondé l’espoir  que les réponses qu’ils attendent  du gouvernement permettront d’aboutir à des avancées significatives sur les nombreuses préoccupations des travailleurs. « Dans le cas contraire, que personne  ne dise que les syndicats cherchent à empêcher ou à perturber la tenue des élections », a-t-il prévenu.

Une unité d’action syndicale sous-régionale en gestation

Après ces rencontres, il ne restera qu’un mois à la Transition. A la question de savoir, s’il est encore possible au gouvernement de répondre favorablement à leurs préoccupations, les conférenciers ont soutenu : « La satisfaction de nos préoccupations est une question de volonté  politique », répond M. Koanda.

Pour le SG de la Confédération générale du travail du Burkina, Bassolma Bazié, s’il y a la volonté politique, même en deux semaines le gouvernement peut satisfaire la plateforme minimale qui ne date pas d’aujourd’hui.

L’union faisant la force, le mouvement syndical compte s’allier à d’autres syndicats de la sous-région. C’est,  ainsi, il envisage  avec les pays frères, la création d’une Unité d’action syndicale sous-régionale.  A cet effet, l’UAS du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal et du Togo  ont pris part à une rencontre  du  23 au 27 juillet 2015 à Cotonou au Bénin.   Ils ont jeté les bases  de la création d’un mouvement sous-régional. Cette organisation sous-régionale aura pour mission, « la lutte pour la défense des libertés syndicales et contre les effets de la mondialisation ».

Mariam OUEDRAOGO

Gisèle HEMA (Stagiaire)

Lire cet article sur sidwaya.bf

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s