Soutenons la juste lutte des travailleurs de la Télévision privée Canal 3 !

Soutenons la juste lutte des travailleurs de la Télévision privée Canal 3 !

Arnaud Idani (Délégué syndical) et Fréderic Valmédé (Délégué du personnel) - @B24

Arnaud Idani (Délégué syndical) et Fréderic Valmédé (Délégué du personnel) – @B24

Depuis le 23 décembre 2014, les travailleurs de Canal 3, une télévision privée burkinabè émettant à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso sont en grève, à leur corps défendant, pour dénoncer une gestion patrimoniale, oligarchique digne de l’époque coloniale de leur outil de travail.

À travers leur Comité syndical SYNATIC, les travailleurs dénoncent :

  • De mauvaises conditions de travail ;
  • La signature de contrats caducs de six (06) mois pour les agents ;
  • Le refus catégorique de domiciliation bancaire des salaires pour permettre aux agents de contracter des prêts ;
  • La signature de contrats d’échange marchandises douteux, utilisés à des fins familiales ;
  • Le projet funeste de compression du personnel en fin décembre 2014 ;
  • L’arrogance du Responsable administratif et financier (beau-frère du Directeur général) qui se plait à traiter les agents de « vaut rien », criant à qui veut l’entendre que « celui qui estime qu’il est compétent n’a qu’à aller chercher du travail ailleurs » ;
  • Le cumul de quatre (04) postes par le Directeur général Koen Ros ;
  • Le cumul de quatre (04) postes par le Directeur général adjoint Remis Dandjinou ;

Dans cette chaîne de télévision, le Directeur général est à la fois Directeur des productions, Directeur des ressources humaines et Secrétaire de direction.

Le Directeur général adjoint est aussi Directeur commercial et marketing, Directeur des programmes et Directeur de l’information. Il est accusé de livrer une concurrence déloyale à la chaîne de télévision où il est salarié.

C’est au regard de cette situation que les travailleurs de cette télévision privée ont décidé de résister pour plus de justice et d’égalité, bref pour une bonne gouvernance à Canal 3. Cette lutte intervient après celle de 2011.

Aussi, l’Association des journalistes du Burkina (AJB) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) :

  • Soutiennent fermement la lutte des travailleurs de Canal 3 ;
  • Dénoncent la gestion calamiteuse de l’organe de presse et le mauvais traitement des agents ;
  • Rappellent et conformément à l’article 5 de la Charte des journalistes du Burkina Faso que « le journaliste burkinabè a droit à la sécurité physique, matérielle et sociale dans l’exercice de ses fonctions » ; toute chose qui ne semble pas être le cas des journalistes et techniciens/techniciennes qui travaillent à Canal 3.
  • Invitent le Président directeur général de Canal 3 à un examen sérieux des doléances des agents ;
  • Interpellent les autorités de la transition, notamment le ministre en charge de la Communication, pour leur implication dans la résolution de la crise.

En réitérant leur soutien total à la lutte des journalistes pour l’amélioration de leurs conditions de travail et d’existence, l’AJB et le SYNATIC interpellent les premiers responsables de Canal 3 à apporter des réponses diligentes aux revendications des travailleurs.

Ouagadougou, le 26 décembre 2014

Pour l’AJB :

Le Président

Guézouma SANOGO

Pour le SYNATIC :

Le Secrétaire Général

Justin COULIBALY

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s